Critiques

Les Défis de Morrigane Crow – Jessica Townsend

Morrigane Crow est maudite. Née le jour du Merveillon, elle est accusée de tous les maux, des tempêtes de grêle aux crises cardiaques. Pire encore, elle est condamnée à mourir le jour de son onzième anniversaire.
Alors que tout le monde semble se réjouir de sa mort prochaine, elle est secourue in extremis par un mystérieux étranger, Jupiter Nord, qui l’emmène à « Nevermoor », un royaume dont elle n’a jamais entendu parler…
Là-bas, les meubles changent d’aspect en fonction de l’humeur, les chats parlent et, surtout, la malédiction de Morrigane n’a plus lieu d’être.
Cependant, pour pouvoir rester à Nevermoor de manière permanente, elle devra intégrer la prestigieuse Société Wundrous, et pour cela passer trois épreuves face à des centaines d’autres concurrents de son âge.



Bon, j’ai beau avoir adoré « Une fille comme les autres », après une lecture aussi dure, il me fallait quelque chose de plus… « Léger », et sympa.
Heureusement pour moi, j’avais le premier tome de « Nevermoor » en vue depuis un petit moment, et c’est exactement ce qu’il me fallait : un livre jeunesse avec des personnages super cools et qui permet de s’évader un peu.
MAIS…

… Autant être franche, j’ai mis un peu de temps à apprécier… Non, tout simplement à rentrer dans le roman.
Plébiscité par des tas de gens, dont la géniale Lemon June (qui est l’une des seules Booktubeuses que je regarde) (et d’ailleurs je n’aime pas beaucoup ce mot), je m’attendais à ce que ce livre soit un coup de cœur, ou du moins à directement l’aimer… Et ça n’a pas été le cas.
Sans pouvoir me l’expliquer (est-ce que c’était la faute du livre ? la mienne ? je n’étais pas dans une période de grande lecture ?) je lisais une petite cinquantaine de pages par jour et il ne m’en fallait pas plus, je n’étais bizarrement pas motivée à continuer… Bref, j’aimais bien, mais sans plus. J’étais un peu en panique, ne trouvant pas en ce livre la joie qu’il avait apporté à des tas d’autres, et je n’avais vraiment pas envie d’être déçue par cette lecture…
Et puis est arrivé le moment des épreuves – c’est-à-dire à peu près la moitié du roman… Et là, oublié le petit blocage du début : j’ai tout dévoré en une après-midi.
Maintenant, je peux le dire haut et fort : j’ai vraiment ADORÉ « Les Défis de Morrigane Crow ». Et je vais vous dire pourquoi. Parce que c’est à ça que sert ce blog en fait.

Déjà, les personnages sont géniaux.
Morrigane d’abord : c’est une petite fille drôle (parfois involontairement), plutôt renfermée mais courageuse et qui ne se résigne pas facilement, malgré tout ce qu’elle a traversé (on lui a quand même mis tous les malheurs du monde sur le dos ET dit qu’elle allait mourir le jour de ses onze ans), ce qui l’a même rendue plutôt mature pour son âge. C’est vraiment un personnage auquel il est facile de s’attacher et que l’on souhaite sincèrement voir réussir.
Mais surtout, il y a Jupiter Nord.
Jupiter est celui qui emmènera Morrigane à Nevermoor, qui lui fera découvrir ce nouveau monde merveilleux, qui sera son mécène lors des épreuves… Bref, Jupiter Nord est celui qui deviendra son mentor. Et il est génial. Roux, excentrique, mystérieux, capitaine de la Ligue des explorateurs, propriétaire de l’hôtel Deucalion… Il est un mélange entre Dumbledore, Willy Wonka et le Chapelier Fou. Ouais rien que ça. Et je l’aime de tout mon petit cœur.

D’ailleurs, en parlant de Dumbledore (vous avez vu cette belle transition ?), les romans de jeunesse fantasy n’échappent maintenant plus à la comparaison avec « Harry Potter », et, avec beaucoup de préjugés, on peut d’ailleurs se dire que « Nevermoor » n’est qu’une pâle copie du quatrième tome en lisant dans le résumé que Morrigane devra passer « trois épreuves face à des jeunes de son âge »… Mais détrompez-vous, ici, vous découvrirez un univers totalement unique en son genre !
Évidemment Nevermoor est génial, plein de mythes, lieux et personnages magiques (je vous ai parlé de Jupiter et Morrigane, mais d’autres personnages comme Hawthorne, le premier ami de Morrigane, et Jack, le neveu de Jupiter, valent aussi clairement le détour), mais l’intrigue est également super originale, des premières pages aux révélations de fin, en passant par des épreuves totalement inattendues.
Bref, le premier tome de la saga nous offre sa propre histoire, et ne souffre pas – du moins pour moi – de la comparaison avec ses prédécesseurs.

Enfin, point toujours appréciable, ce roman jeunesse essaye de faire passer quelques messages à nos chères petites têtes blondes (et brunes et rousses). Si je vous dit, par exemple, que Morrigane a traversé la frontière illégalement, certes accompagnée par Jupiter, mais sans aucun papiers ? Si je rajoutais qu’en plus, en la faisant traverser, Jupiter lui a sauvé la vie, et si elle retournait dans son ancien monde elle se ferait irrémédiablement tuer ? Et enfin, si je concluais en vous disant aussi que la police tient absolument à la renvoyer chez elle, et que certains habitants se moquent d’elle parce qu’elle n’est pas originaire de Nevermoor ?
Bon, je pense que vous avez capté le message, vous voyez que ça fait écho à des tas de problèmes contemporains, et même si ça ne passe pas toujours de manière très subtile à mes yeux d’adulte, je pense que c’est pile ce qu’il faut pour le faire comprendre aux enfants, et je trouve ça très honorable de la part de l’auteure de sensibiliser les plus jeunes à ce genre de choses.

Pour résumer, même s’il m’a fallu quelques jours pour rentrer dans l’univers de Nevermoor, j’ai au final totalement été conquise par cette histoire et ses personnages, et à peine la dernière page du roman fermé, Morrigane, Jupiter, Hawthorne et les autres ont déjà commencé à me manquer terriblement… Vivement le tome 2 !

22 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.