Critiques

L’Outsider – Stephen King

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d’ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé.
À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l’accusent.
Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?

.

Une bonne ou une mauvaise lecture ne se résume pas toujours à un bon ou un mauvais livre, il faut parfois voir le contexte qu’il y a derrière.
« L’Outsider », c’est LE Stephen King de 2019, et je comptais attendre sa sortie en format poche pour le découvrir, mais grâce à une personne que l’on pourrait modestement qualifier de « meilleur copain du monde », j’ai eu la chance de le lire dès le lendemain de sa sortie française, et rien que pour ça, ce livre est et restera très important pour moi.
… Parce que bon, niveau appréciation de l’œuvre, je suis plus mitigée !

Ça commençait bien, très bien même, avec cette enquête sordide accusant un citoyen parfait, au dessus de tout soupçon… Même si (oups) j’avais déjà quelques reproches à faire au roman.
Bon, comme vous vous en doutez, j’adore Stephen King, particulièrement dans ses romans fantastiques/horrifiques des années 80… Et ici, c’est un roman plus tourné vers le policier, et bien plus moderne.
Pour le côté policier, ce n’est pas très dérangeant, du moins jusqu’à la seconde moitié du roman (mais ça on en parle en dessous), par contre, pour ce qui est du moderne… Je n’y arrive pas.
Je n’aime vraiment pas lire King nous parler d’iPads, d’iPhones, d’Angry Birds, chanter les louanges de Kindle ou de Game of Thrones…
Autre petit point négatif : quand King écrit des personnages qui s’en prennent à des homosexuels dans « Ça », ou un autre qui tue un chien dans « Dead Zone », je ne l’ai jamais considéré comme un homophobe ou un tueur d’animaux pour autant, parce que j’ai toujours fait la différence entre l’auteur et ses personnages… Ici, quand il fait des petites piques à Donald Trump ou Kubrick par exemple, j’ai vraiment senti l’écrivain derrière les mots, et ça m’a sortie du roman. (Et n’allez pas croire que je défends ce gros con de Trump, je ne veux juste pas lire un auteur que j’adore régler ses comptes dans ses livres, pour moi il y a Twitter pour ça.)
Bon attendez, j’étais censée parler des points positifs là, on la refait !

Stephen King a toujours le don d’écrire de bons personnages, et il y en a une floppée dans ce roman… Mais ce n’est qu’à la famille Maitland que je me suis véritablement attachée. Terry Maitland est « quelqu’un de bien », sympa, intelligent, bon mari et père de famille, et alors qu’il lui arrive l’une des pires choses au monde (être accusé à tort du viol et du meurtre d’un enfant), on souhaite vraiment le voir sortir de ce merdier… Pareil pour sa femme, Marcy qui, forcément, vit aussi un cauchemar, mais se bat pour son mari. Ce sont vraiment les deux personnages que j’ai préféré, et rien que pour ça le roman restera difficilement oubliable !
L’enquête est vraiment prenante, en sachant que du surnaturel est impliqué, on se doute bien que Terry n’est pas coupable ; chaque preuve l’innocentant est une petite victoire et chaque preuve l’accusant fait monter la tension d’un cran… J’avoue que je souhaitais autant voir apparaître le surnaturel que voir Terry s’en sortir et reconstruire sa vie avec sa petite famille, heureux et loin de toute cette affaire… (Ha ha ha.)
Enfin, sans pouvoir trop en dire, King nous donne quelques retournements de situation qui jouent pas mal avec nos émotions, pour le meilleur comme pour le pire, et, une fois ouvert, le livre est difficile à lâcher !
Bref, (presque) tout allait bien au début…

Et puis est arrivée Holly Gibney.
Holly est un personnage de la trilogie « Bill Hodges », comprenant les livres « Mr. Mercedes », « Fin de ronde » et « Carnets noirs », une trilogie policière avec une touche de surnaturel écrite par King il y a quelques années. Une trilogie que je n’ai pas lue… Et que je n’ai plus besoin de lire, puisque Holly nous spoil allègrement les trois tomes au cours de ses (trop nombreuses) prises de paroles. Merci Holly, et merci King.
Le personnage apparaît environ à la moitié du roman, lorsque l’équipe cherchant à innocenter Terry Maitland lui demande de l’aide pour faire des recherches plus approfondies, alors que l’enquête se tourne vers quelque chose de plus… Incompréhensible pour les esprits fermés.
Et je n’aime pas, mais alors pas du tout Holly.
C’est un personnage faussement excentrique mais qui réussit seulement à me taper sur les nerfs, et elle est une sorte de « Mary-Sue » : elle réussit tout ce qu’elle entreprend, tout le monde l’aime, elle n’a presque pas de défauts… On dirait que King l’adore et veut nous forcer à l’aimer aussi. Mais moi, je n’aime pas Holly.
Et c’est dommage pour moi, parce que si je vous dit qu’elle arrive au milieu du roman, elle ne le quitte pas jusqu’à la fin, tout en prenant de plus en plus d’importance, BEAUCOUP TROP d’importance. En plus, elle apporte des tonnes d’informations à digérer sur l’antagoniste du roman, et, comme à chaque fois que le surnaturel est expliqué, il perd tout intérêt. Il ne présente plus autant de menace, et la seconde moitié du roman, bien moins mystérieuse, s’essouffle.
Pour moi, Holly est vraiment « l’outsider » de ce roman, au mieux elle aurait pu faire une petite apparition, un caméo littéraire, mais non, il a fallu qu’elle devienne un des personnages principaux.
Et moi je ne l’aime pas.

En bref, « L’Outsider » est pour moi un roman en demi-teinte, loin d’être le meilleur King, mais tout de même un très bon moment de lecture, et avant tout, un superbe cadeau. C’est LE Stephen King que j’aurais lu dès sa sortie, et je remercie encore celui que je qualifie modestement de « meilleur copain du monde » pour ça.

4 commentaires

  • Vampilou

    Ah, j’étais sûre que tu allais le lire, en grande fan de Stephen King que tu es et j’avais hâte de lire ton avis ! Personnellement, ce n’est pas forcément un auteur que je lis, même si j’apprécie beaucoup les adaptations cinématographiques de ses romans et même si ce n’est pas son meilleur roman, je suis contente de voir que tu as passé un bon moment 😃

    • Moonlight-Reads

      Ha ha, ma réputation me précède… :B
      Merci pour ton commentaire, et il me semble que « L’Outsider » a déjà une adaptation de prévue, mais en série ! Peut-être que tu la verras ! :3

  • Wolkaiw

    C’est dommage pour cet avis en demi-teinte mais on comprend bien pourquoi ! C’est toujours délicat quand on a l’impression que c’est l’auteur qui s’exprime et non plus le narrateur, parfois la frontière entre les deux est assez mince…
    Merci pour cet avis sincère et croustillant, je pense que ce n’est pas le livre de King sur lequel je me retournerai de suite 🙂

    • Moonlight-Reads

      Oui, d’habitude ça me le fait plus avec des « jeunes auteurs », et pas souvent avec King, mais là… :I
      De toute façon, si tu veux lire du King, tu as le choix xD Et en effet, ce n’est pas celui-là que je recommanderais en premier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.